le Curio Infini – le Blog

La Liste de mes envies par Grégoire Delacourt

Posted by on October 3, 2013 9:30 pm in Livres 3.5 étoiles | 1 comment

la liste de mes enviesLa Liste de mes envies par Grégoire Delacourt
Pages : 185
Genre : Fiction
Ma note : 3.5/5

Résumé Goodreads :

Jocelyne, dite Jo, rêvait d’être styliste à Paris. Elle est mercière à Arras. Elle aime les jolies silhouettes mais n’a pas tout à fait la taille mannequin. Elle aime les livres et écrit un blog de dentellières. Sa mère lui manque et toutes les six minutes son père, malade, oublie sa vie. Elle attendait le prince charmant et c’est Jocelyn, dit Jo, qui s’est présenté. Ils ont eu deux enfants, perdu un ange, et ce deuil a déréglé les choses entre eux. Jo (le mari) est devenu cruel et Jo (l’épouse) a courbé l’échine. Elle est restée. Son amour et sa patience ont eu raison de la méchanceté. Jusqu’au jour où, grâce aux voisines, les jolies jumelles de Coiff’Esthétique, 18.547.301€ lui tombent dessus. Ce jour-là, elle gagne beaucoup. Peut-être.

 

Impossible, depuis sa sortie l’an passé, de ne pas avoir pris connaissance de ce petit roman-succès de Grégoire Delacourt! Sur les blogs, sur les tablettes des libraires, dans les magazines, La Lites de mes envies s’est constamment pointée sur mon radar, jusqu’à ce que je cède finalement à sa sortie en format poche.

Je l’avoue, je partais avec un préjugé défavorable; j’étais certaine d’avoir affaire à un roman trop plein de sentiments, mais j’ai finalement trouvé l’ensemble plutôt subtile. Charmant à ses heures, on y perçoit des petits moments d’humour, d’amour et de tendresse, mais aussi de colère, de tristesse et d’amertume. Le tout sans mettre de côté l’histoire, qui défile à pleine vitesse dans une écriture simple mais fluide.

Au final, j’étais plutôt satisfaite de la conclusion, bien que les derniers mots (avant les derniers courriels) m’aient laissé un drôle de goût dans la bouche. Je n’en dis pas plus pour laisser un peu de surprise aux futurs lecteurs, sauf ceci : bien que ces quelques mots sonnent très vrais, j’aurais simplement espéré un petit quelque chose de plus. Mais somme toute, je suis certaine que ce dernier passsage permettra à plusieurs lecteurs de s’y reconnaître, et d’apprécier d’autant plus le roman. Pour ma part, j’en ai trouvé la lecture fort agréable, assez pour avoir envie de lire à nouveau Delacourt dans un futur proche.

Sérum – Saison 1, Épisode 1 par Henri Loevenbruck & Fabrice Mazza

Posted by on May 31, 2013 7:35 am in Livres 4 étoiles | 0 comments

sérum saison 1 épisode 1Sérum – Saison 1, Épisode 1 par Henri Loevenbruck & Fabrice Mazza
Pages : 192
Genre : Fiction, Mystère
Série : Sérum, Saison 1, Épisode 1 (de 6)
Ma note : 4/5

1773 : MESMER INVENTE L’HYPNOSE 1886 : FREUD INVENTE LA PSYCHANALYSE 2012 : DRAKEN INVENTE LE SÉRUM

Une injection. Sept minutes pour accéder au subconscient d’Emily Scott. Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques. Quelques jours pour empêcher le pire.

Mais quand les morts suspectes se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel ?

 

Henri Loevenbruck (de La Moira) et Fabrice Mazza nous offrent ici une série trépidante qui reprend sur papier le format des séries télévisées. Avec une première saison s’étalant sur six romans courts, utilisant une diversité de points de vue et des chapitres succints bondés de retournements, Sérum se lit aisément d’une traite. Et, comme les séries télévisées qui vous gardent constamment sur le bout de votre chaise, ce premier épisode m’a retenue par le coin de la page, alors que je repoussais l’heure du dodo pour lire un seul chapitre, encore un, non là c’est vraiment le dernier…!

C’est tout un défi que de situer en si peu de pages à la fois l’histoire et les personnages, mais c’est un défi bien relevé ici! Bien que ce premier épisode se veule un peu comme une introduction, on est tout de suite lancés dans l’histoire et pris par l’intrigue. Si certains personnages manquent un peu de peaufinage, ça ne m’a pas trop troublée; après tout, il y a encore au moins cinq épisodes pour apprendre à les connaître davantage! Entre toutes les questions demeurées sans réponses, les personnages à peine rencontrés et les secrets bien gardés, difficile de ne pas vouloir plonger directement dans l’épisode suivant!

Et c’est bien là tout le génie de Sérum; en dévoilant à petites doses l’histoire, la série nous pousse bien entendu à vouloir mettre la main sur les tomes suivants pour tout lire d’un coup (l’équivalent bibliophile d’un marathon télé quoi!) Par chance pour moi, j’en ai commencé la lecture alors que la première saison est déjà concluse, mais du coup cela m’ammène un peu à questionner l’idée de faire une série. Si cela nous garde bien en suspens au moment où les livres ne sont pas encore publiés, l’expérience est un peu différente une fois tous disponibles. En toute honnêteté, j’aurais trouvé bien plus pratique de n’avoir qu’un seul tome rassemblant toute la première saison.

Cela dit, j’ai beaucoup aimé mon expérience. C’est une lecture vacances qui, malgré une intrigue qui se veut complexe, se lit légèrement sans se prendre la tête. Écrite dans un style direct qui se prête parfaitement à l’action, Sérum a bien réussi à reproduire le rythme des séries télévisées. Je serai très certainement au rendez-vous pour le second épisode (que j’ai déjà emprunté de la biliothèque, en fait!)

Quand l’amour s’en mêle par Audrey Parily

Posted by on May 9, 2013 7:19 am in Livres 4 étoiles | 1 comment

Quand l'amour s'en mêle

Quand l’amour s’en mêle par Audrey Parily
Pages : 288
Genre : Roman jeunesse
Série : Amies à l’infini, livre 1
Ma note : 4/5

Ophélie, Zoé et Chloé ont toutes trois quinze ans, des garçons plein la tête et le coeur passioné!

Ophélie écrit de façon dévouée son journal, dans lequel elle raconte son amour (non réciproque) pour le frère de son ex-meilleure amie (peut-être bientôt à nouveau meilleure amie?) Impulsive sous l’emprise de ses émotions, elle contemple avec culpabilité les actions qui ont causé la fin de sa grande amitié avec Zoé.

Zoé, passionée par la danse, a de la difficulté à oublier les évènements qui ont ruiné la fin de sa dernière année scolaire – de même que ses plans fantastiques pour l’été. Entre temps, un garçon s’est immiscé dans ses pensées; un garçon dont la réputation a tout pour la rendre nerveuse!

Chloé, elle, arrive tout droit de la France. Contre son gré, elle a dû laisser derrière son école, ses amis et surtout, son merveilleux copain. Le tchat c’est bien, mais rien n’équivaut les rendez-vous doux en face à face! Alors que la distance entre les amoureux semble se faire de plus en plus grande, Chloé cherche à trouver sa place à elle entre le Québec et la France, dans sa famille et dans sa nouvelle école.

Pour les trois filles, c’est une année forte en émotions qui s’annonce!

 

Je dois l’avouer, cette série jeunesse diffère un peu des livres jeunesse qui garnissent mes tablettes; la couverture, les thèmes, le tout fait un peu plus “jeune” que ce qui m’attire habituellement. Cependant, après avoir lu (et beaucoup aimé!) Passionnément Givrée d’Audrey Parily quelques années auparavant, j’avais depuis longtemps voulu lire quelque chose d’autre de sa plume (d’autant plus que je remets depuis beaucoup trop longtemps la lecture de la suite de sa série adulte!) Quand je suis par hasard tombée sur Quand l’amour s’en mêle à la bibliothèque, j’ai aussitôt saisi ma chance!

Et je suis si ravie de l’avoir fait! Ça se lit vite et avec beaucoup de plaisir. Les trois filles sont attachantes, malgré (ou grâce à) leurs petites imperfections. Le ton est léger, la narration amicale, l’écriture coule facilement et l’histoire m’a très vite ramenée à mes quinze ans (ce qui date de longtemps, quand même!) J’ai par ailleurs bien aimé ce que j’appelle les petits “extras”, qui rendent la lecture tout-à-fait distrayante : les extraits du journal d’Ophélie, des tchats entre les divers personnages, des courriels, etc.

J’ai trouvé que les trois filles avaient entre elles une bonne chimie. Leurs affinités et leurs malentendus me semblaient naturels, et non forcés pour l’histoire. Oui, certains points sont un peu prévisibles, mais je pense que ça va un peu de soi dans ce type de roman. Et puis, n’oublions pas que je suis loin d’être le public cible, je le sais!

J’ai aussi beaucoup apprécié que l’histoire touche différentes facettes de la vie; en effet, on n’y parle pas uniquement d’amour, mais aussi beaucoup d’amitié et de famille, de rêves et de passions. Le tout est rondement ficelé, et j’ai très hâte de voir la direction que cette série prendra!

Amies à l’infini est une série en 4 livres, dont pour l’instant seuls les deux premiers ont été publiés. Selon la page facebook de la série, le troisième est à venir en 2013! Pour l’instant, je m’apprête à en lire le second tome, mais je suis certaine que l’expérience en sera positive!

:)

Conventum par Pascal Girard

Posted by on April 19, 2013 6:14 am in Livres 4 étoiles | 2 comments

conventumConventum par Pascal Girard
Pages : 155
Genre : Roman graphique
Ma note : 4/5

Dix ans après la fin de son secondaire, Pascal reçoit une invitation à son conventum. Cette occasion de retrouver ses anciens camarades de classe provoque à la fois excitation et anxiété, résultant en une remise en forme et une perte de poids plutôt réussies. Avec optimisme, Pascal rêve jour et nuit du succès qu’il aura auprès de ses amis – et d’une amie plus en particulier!

Une fois sur place, les choses ne se déroulent toutefois pas comme prévu. De malaise en malaise, Pascal réalise que ses insécurités du secondaire ne sont peut-être pas toutes demeurées dans le passé!

 

Conventum est un roman graphique d’autofiction à la fois intelligent et très, très, très malaisant! Les critiques que j’en avais lu en vantaient l’humour, avec raison; c’est un humour particulier, du genre qui vous fait bouger de malaise sur votre chaise chaque fois que le personnage de Pascal se met les pieds dans les plats. On rit, mais on rit jaune – au moins aussi jaune que la couverture. Et à la fin, on referme le livre avec un sourire, mais avec une petite tristesse, aussi.

C’est avec beaucoup de justesse que Pascal Girard approche les affres du secondaire et les marques indélibiles que ces années bouleversantes laissent parfois sur ses victimes! Pour Pascal le personnage, son conventum se veut une occasion de refaire son image telle qu’il la souhaiterait. Dès le départ, il est plutôt évident que les rêves de Pascal ne vont sans doute pas correspondre à la réalité, et cette anticipation ne fait qu’ajouter au malaise qu’on éprouve tout au long de la lecture.

Il faut aussi souligner que Pascal n’attire pas forcément toute notre sympathie! Le personnage est loin d’être parfait, ce qui donne un ton très vrai au livre, mais j’avoue que j’aurais bien aimé le voir se faire prendre un peu plus dans ses mensonges!

Au final, j’ai beaucoup aimé. Après Valentinc’était ma seconde rencontre avec l’oeuvre de Pascal Girard, et je compte bien poursuivre l’aventure en mettant la main sur les copies de ses autres livres.